Le Château de Drottningholm

Drottningholm Palace. Photo: Norberg Design AB/Dick Norberg.
Venez en excursion à Drottningholm pour découvrir un cadre historique de grande classe internationale.

Le Château de Drottningholm est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l´UNESCO. C´est le mieux préservé de palais royaux suédois du 17e siècle. Il est également représentatif de toute l´architecture royale de cette époque en Europe. Avec le pavillon exotique appelé « Pavillon chinois », le Théâtre royal et le magnifique parc du château, le domaine forme un ensemble unique.

The Chinese Pavilion. Photo: The Royal Court/Alexis Daflos.
Depuis 1981, la famille royale réside de manière permanente dans l´aile sud. Néanmoins, l´essentiel du château et du parc sont accessibles aux visiteurs à longueur d´année.

Pour de plus amples renseignements sur les heures d´ouverture, les visites guidées, les réservations groupées, etc., voir le menu ci-dessus.

Histoire


Le nom de Drottningholm apparut à la fin du 16e siècle, quand Jean III fit ériger  pour son épouse la Reine Catherine Jagellonica un premier palais, réduit en cendres le 30 décembre 1661. La même année, il avait été acheté par la Reine veuve Hedwige Éléonore.

Ce fut elle qui, après l´incendie dévastateur, ordonna la construction du nouveau palais, qui débuta en 1662 sous la direction de l´architecte Nicodème Tessin l´Ancien.
Celui-ci créa une série d´intérieurs, considérés comme les plus magnifiques du baroque précoce en Suède. Il convient de citer notamment le majestueux escalier, le Salon d´Ehrenstrahl, et en particulier la Chambre d´apparat d´Hedwige Éléonore.

Drottningholm Palace. Copperplate, Erik Dahlberg's "Suecia antiqua et hodierna". Original: The National Library of Sweden, The Royal Library.
Le jardin baroque exclusif à la française aménagé autour du château a été pour l´essentiel préservé jusqu´à nos jours. Les sculptures dont il est orné sont des œuvres de l´un des plus célèbres sculpteurs de la Renaissance en Europe du Nord : Adrian de Vries.

Quand Tessin l´Ancien mourut en 1682, son fils Nicodème Tessin le Jeune fut chargé d´achever le vaste chantier. C´est de cette époque que date la galerie de Charles XI.

Le palais pour reines


Drottningholm est considéré comme le palais des reines et des princesses. En 1744, Louise Ulrique de Prusse reçut  le palais en cadeau de mariage lorsqu´elle épousa l´héritier du trône de Suède, Adolphe Frédéric. Avec elle, le château connut un âge d´or culturel. Il fut doté de coquets intérieurs rococo d´inspiration française. L´Antichambre verte qui porte son nom en est une belle illustration.
Queen Lovisa Ulrica's State Bedchamber at Drottningholm. Photo: The Royal Court/Alexis Daflos.
Drottningholm était aussi un point de rencontre de bon nombre des scientifiques les plus éminents de leur temps. Carl von Linné y effectua un classement scientifique de la collection royale de minéraux, fossiles, plantes et animaux. La bibliothèque de Lovisa Ulrique est un vestige brillant de cette période, tout comme le célèbre Théâtre royal.

En 1777, l´État suédois racheta Drottningholm et Gustave III s´y installa. C´est alors que furent créés le jardin français et le vaste parc naturel romantique à l´anglaise qui entoure le palais baroque.

Adrian De Vries sculptures at the museum at Drottningholm. Photo: The Royal Court/Alexis Daflos.
L´ancienne « écurie du dragon » du 18e siècle, attenante à l´Auberge de Drottningholm, renferme une collection unique d´œuvres du sculpteur hollandais Adriaen de Vries (1556–1626).

Les sculptures de bronze, qui datent du début du 17e siècle, furent rapportées en Suède comme butin de guerre et peu à peu disposées dans le parc de Drottningholm. De nos jours, elles ont été remplacées par des moulages en bronze modernes et les originaux sont rassemblés au Musée de Vries, qui abrite la plus grande collection au monde de ses œuvres. Ce musée est ouvert sur réservation.

Le Pavillon chinois


Le Pavillon chinois est un élément original et pittoresque du splendide parc paysager de Drottningholm. En 1753, le Roi Adolphe Frédéric offrit à son épouse la Reine Louise Ulrique ce petit pavillon dans le parc de Drottningholm pour son anniversaire. Ce fut un cadeau apprécié car, en ce temps-là, toute l´Europe était fascinée par les « chinoiseries ».
Interior at the Chinese Pavilion. Photo: The Royal Court/Alexis Daflos.
Dans les années 1760, le bâtiment en bois fut remplacé par un édifice plus permanent, qui abrite aujourd´hui un des exemples les plus marquant de style rococo européen à motifs chinois. Le Salon jaune fournit une belle illustration de cette tradition, avec des panneaux laqués chinois incrustés dans les vastes murs. Le travail de la laque suscitait un engouement particulier étant donné qu´il n´existait aucun artisanat équivalent en Europe.

En rachetant Drottningholm, l´État suédois effectua un inventaire des collections du Pavillon chinois. La plupart des objets qui décrits se trouvent toujours à leur emplacement initial, et les « chinoiseries européennes » exposées comptent parmi les plus authentiques du 18e siècle.

Vous pouvez explorer le Pavillon chinois par vous-même du 1er mai au 30 septembre. Le billet d´entrée donne droit à une visite guidé, qui procure une sensation supplémentaire.

Le Parc du château


Le parterre le plus ancien, appelé « jardin baroque », jouxte le château et il est entouré d´allées bordées de tilleuls. Il fut créé à la fin du 17e siècle à l´initiative de la Reine Hedwige Éléonore, sous la direction des architectes royaux Tessin père et fils.

Ceux-ci puisèrent idées et inspiration en France, où les jardins royaux récents répondaient à un idéal strict, structuré et symétrique. Le jardin baroque dépérit au 19e siècle mais Gustave VI Adolphe le fit restaurer dans les années 1950 et 60.

Placée au centre du parc, la fontaine d´Hercule est ornée de personnages en bronze du sculpteur Adriaen de Vries. C´est lui qui créa toutes les sculptures de bronze du parc, qui furent rapportées de Prague en 1648 et de Fredriksborg (Danemark) en 1659, au titre de butin de guerre.

View over the Palace and Palace Park. Photo: The Royal Court.
Au milieu du 18e siècle, le jardin entourant le Pavillon chinois fut aménagé. Progressivement, l´idéal du jardin aux lignes strictes fut abandonné au profit d´un parc plus naturel. Louise Ulrique s´inspira de nouvelles idées et, à sa demande, l´architecte du Pavillon chinois, Carl Fredrik Adelkrantz, planta des allées bordées de châtaigniers autour du Pavillon pour former des axes de vue dans le paysage.

Quand Gustave III reprit possession de Drottningholm en 1777, il souhaita concrétiser le nouvel idéal anglais du parc paysager naturel. En 1780, l´architecte Fredrik-Magnus Piper, qui avait étudié sur place en Angleterre, créa au nord du jardin baroque un ensemble de ce type, avec deux bassins alimentés par des canaux, des îlots et de jolis ponts, de vastes pelouses ainsi que des allées bordés d´arbres et des bosquets. Des sentiers de promenade sillonnent tout le parc.

The Palace Park on the seaside. Photo: The Royal Court.
Çà et là se dressent des copies de statues de marbre antiques, initialement achetées par Gustave III lors de son voyage en Italie, en 1783–84. Elles étaient censées surprendre agréablement les promeneurs ou former le point final de longues perspectives.

Au sud du jardin baroque et jusqu´au bord du lac Mälaren, s´étend le « pré royal » et un petit système de canaux furent conçus au 19e siècle. Le 30 octobre 1881, Oscar II et les membres de sa famille firent planter chacun un chêne, tradition perpétuée par Gustave VI Adolphe en 1973 puis par Charles XVI Gustave en 1996.

Patrimoine mondial


Le domaine du Château de Drottningholm forme un ensemble bien préservé des 17e et 18e siècles.
Le Pavillon chinois et le Théâtre royal, unique, en sont des éléments particulièrement précieux. Le Salon du théâtre est intact depuis son inauguration en 1766.

Depuis 1991, Drottningholm est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l´Unesco, qui répertorie les lieux d´une valeur inestimable pour l´humanité. Le Comité du Patrimoine mondial a motivé son choix en ces termes :

« L´ensemble de Drottningholm avec son château, son théâtre, son pavillon chinois et ses jardins est le meilleur exemple suédois de résidence royale d'Europe du Nord du 18e siècle. Il est également représentatif de toute l´architecture royale européenne de cette époque, inspirée par le modèle du château de Versailles. »